Suspense dans les étoiles

Signe de vie (*) voit le retour du romancier et journaliste portugais J.R. Dos Santos. Cette fois, il plonge le lecteur dans les étoiles pour l’étrange rencontre avec de la vie extra-terrestre.

Il y a deux livres dans le gros roman – près de 700 pages – de J.R. Dos Santos qui conduit le lecteur dans le cosmos pour vivre une bien singulière aventure.

D’un côté un thriller métaphysique qui part sur une idée « simple » : le jour où un observatoire astronomique capte une émission étrange venue de l’espace, annonçant la venue d’un objet se dirigeant vers la terre, la NASA prépare en urgence avec la CNSA en Chine,  une mission spéciale internationale pour aller rencontrer ce vaisseau inconnu. Pour Tomás Noronha, choisi avec l’aval du Vatican pour participer à l’aventure, c’est un choc : sa spécialité est de décrypter les signes du langage bien qu’il soit étranger à la physique des corps célestes. Une présence a priori insolite au milieu de cette équipe de scientifiques de haut vol et coutumier des vols dans l’espace.

De l’autre, il y a la vulgarisation de bien des informations savantes et une réflexion métaphysique sur la création du monde. D’ailleurs, l’avertissement de ce roman de près de 700 pages dit les choses clairement  : « Toutes les informations scientifiques présentées dans ce roman sont vraies. »

L’objectif de Signe de vie est clair : l’équipage de la navette a dix-sept jours pour parvenir à découvrir  quelle est cette vie extra-terrestre par un voyage-éclair (et non dépourvu de danger) dans l’espace. Mais, dès le départ, les cartes sont brouillées car les Russes, eux-aussi conviés dans ce vol de première importance, veulent jouer cavalier seul et détruire ces envahisseurs. La présence de missiles nucléaires apportent alors  une touche dramatique dans ce qui a tout pour provoquer une guerre des étoiles qui serait funeste pour l’humanité.Journaliste et reporter de guerre, J.R. Dos Santos est un auteur qui sait marier la science et le suspense et qui s’interroge aussi sur le divin. Après La Formule de Dieu et La Clé de Salomon, il met le cap sur les étoiles, nourrissant le récit de cette aventure épique de nombreux échanges entre les scientifiques sur le rapport des mathématiques et des sciences avec la foi. Au début de l’aventure est d’ailleurs marqué par le mariage (soudain décalé) que Tomás Noronha doit célébrer religieusement au Vatican avec  sa fiancée, Maria Flor. Si elle est très croyante, lui ne l’est guère et le romancier d’écrire : « Tomás n’avait rien contre l’Église, mais le fait est qu’il était pas religieux. Il pensait que Dieu existait peut-être, mais pas le Dieu de la Bible, ni d’aucune autre religions d’ailleurs. S’il y avait éventuellement un Dieu, c’était l’intelligence intentionnelle qui était à l’origine de la création et de la mécanique cosmique, l’entité qui avait conçu les lois de l’univers et les constantes de la nature, la source des mathématiques, de la physique et de la chimie, l’architecte qui avait permis de créer la vie, l’intelligence et la conscience, et probablement bien d’autres choses encore. »

Dès le début, le romancier place donc la barre haut dans ce roman où le thriller devient métaphysique ou l’aventure est prétexte à une réflexion très documenté sur l’état de toutes les disciplines scientifiques. Au détour d’une discussion dans la base de la NASA, les chercheurs s’interrogent ainsi, à travers le fameux nombre Pi sur la place des mathématiques. Ainsi quand Tomás Noronha lance à l’astronaute chinois Yao Jingming : « Les mathématiques ont-elles été inventées ou découvertes ? Cette question divise les mathématiciens depuis des siècles. Pour certains, il existe une réalité mathématique qui est en quelque sort transcendante, c’est-à-dire qui existe dans une réalité fantasmagorique et se matérialise dans notre réalité, qu’elle structure et organise. Pour d’autres, en revanche, il n’existe que notre réalité et le monde des chiffres n’est qu’une de nos inventions. »

Indéniablement, J.R. Dos Santos  a une capacité impressionnante en l’art de vulgariser les connaissances les plus pointues et à la mettre en perspective comme il a le sens du suspense. S’il ne faut rien dévoiler de la suite de ces aventures spatiales et la chute de SIgne de vie, une chose est sûre : le lecteur va de surprise en surprise. Pour autant, on peut regretter certains parti pris du romancier, notamment celui d’user systématiquement de parties dialoguées dans une première partie qui ralentissent trop le récit. On peut aussi émettre quelques doutes sur la capacité d’un homme ordinaire, Tomás Noronha, à se glisser dans le costume futuriste de l’astronaute moderne, alors qu’il tremble en prenant l’avion, s’il n’avait à son côté le charme d’Emese, une biologiste brillante, pour lui rendre le voyage moins long. Enfin, mais tout est question d’options personnelles, ces interrogations sur la présence de Dieu peuvent sembler un peu longue et lassante à une époque où l’espace public est envahi par les querelles sur la foi. A cet égard, le mariage célébré par le Pape dans l’espace est tout un symbole.

Sachant utiliser l’humour pour détendre une atmosphère oppressante – avec les passages sur les déjections humaines dans l’apesanteur notamment, sans oublier la relation plus intime qui se dessine ente Emese et Tomás – l’auteur parvient parfaitement à mener le lecteur dans ce voyage au bout de la peur et des interrogations sur l’humanité. C’est savant, même si le roman y perd parfois un peu de rythme et  les amateurs de questions scientifiques  trouveront bien des thèmes suscitant de nombreuses interrogations dans ce type de thriller métaphysique dont J.R. Dos Santos a un monopole certain…

(*) HC Editions

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s